Des rencontres qui m’ont touchée

L’idée d’une série de portraits d’anciens salariés des Papeteries de Lancey, dans la Vallée du Grésivaudan, m’est venue il y a déjà 5 ans. En 2013, dans le cadre d’une reprise d’étude, j’ai rédigé un mémoire sur la requalification de cette usine. J’ai, à cette occasion, rencontré beaucoup d’anciens ouvriers et cadres qui m’ont tous parlée avec émotion de leur vie aux Papeteries. Cette usine, en friches depuis 2008, était, selon moi une sorte de centre de gravité de leur vie et de la commune. L’urbanisme, le développement économique, des infrastructures culturelles du territoire … ont souvent été impulsés par cette entreprise. Mais surtout, Les Papet’ ont eu une influence considérable sur les personnes qui y ont travaillé.
J’avais envie de rendre hommage à celles et ceux qui s’y sont investis, de transmettre l’image des femmes et des hommes, plutôt que celle des bâtiments.
es bâtiments n’existeront bientôt plus. Ils vont laisser place à une nouvelle histoire. Mais celles et ceux qui ont travaillé aux Papeteries sont encore là. Celles et ceux qui ont été licenciés en 2008 ont retrouvé du travail, celles et ceux en retraite sont très actifs…

Un grand merci …

Je tenais à remercier toutes les personnes qui ont contribué à la réalisation de cette série :

  • Les papetières et papetiers qui sont venus se faire photographier : Franck Cermeno, Albert Centa, Roger Di-Noto, Dany Dury, Jean-Paul Flammier, Denis Foroni, Dora Lorenzo, Séverine Maccatrozzo, Robert Revol
  • Et avec une affection plus particulière Robert Coquet, toujours présent et bienveillant.
  • Frédérique Virieux, responsable du musée de la Houille blanche pour sa disponibilité.
  • Jacqueline Hollard, Jacques Roinat, Martine Jung et Nathalie Gourgue, tous investis pour une programme métissé et vivante à l’Espace Aragon.